Carte d’identité de l’île de Batz

Localisation Origine du nom Statut Économie À visiter Histoire Population

Localisation :
L’île de Batz est située au nord-ouest du Finistère, en face de Roscoff (à 2 km soit 15 min en bateau).

Où est l'île de Batz par rapport à la Bretagne ?   Une carte de l'île de Batz - Cliquez pour agrandir...

Origine du nom :
Batz vient de l’ancien français Insula Bassa (île basse), nom dû à ses roches à fleur d’eau.
En breton : Enez Vaz (cette traduction bretonne du nom français d’origine n’est qu’un calembour signifiant « île du bâton »)

Statut :
C’est une commune de 3,5 km de long et 1,5 km de large. Sa superficie est 305 hectares.

Économie :
L’île vit de pêche, d’agriculture et de tourisme. L’activité agricole est très présente et l’île peut être comparée à un grand jardin potager. La vie est rythmée par l’incessant « va et vient » des tracteurs (environ une centaine alors qu’il n’y a pratiquement pas de voitures sur l’île). Quelques 32 exploitations agricoles se partagent 180 hectares de terre cultivables avec, en moyenne, 3,5 hectares par exploitation. On y récolte des pommes de terre primeurs, des choux-fleurs, du fenouil, du persil, des tomates, des carottes. Une barge transporte ces produits vers le continent. L’agriculture est essentiellement biologique. Les cultures bénéficient d’un « engrais naturel », le goémon. C’est une algue récoltée sur le littoral îlien puis mise à sécher en tas sur la dune. Les îliens ont su tirer très tôt profit de cette algue durant des siècles. Elle a d’abord servi de moyen de chauffage (il n’y a pas d’arbres sur l’île). Elle était utilisée également pour cuire les aliments, surtout le pain. Très vite, le goémon a servi d’engrais, puis les îliens ont su, en le brûlant, obtenir la soude nécessaire à la fabrication du verre, des savons, des teintures. Ils en tiraient également l’iode. Un arrêt du Conseil du Roy du 30 juin 1687 en donne l’exclusivité aux îliens, aux dépends des habitants du continent qui venaient régulièrement se servir.
Les chevaux font également partie du paysage. Ils participent encore aux travaux des champs.
Cinq petits bateaux, équipés du système du « scoubidou » vont cueillir quatre ou cinq mois par an, les laminaires (algues) riches en alginate dont on se sert pour épaissir les colorants dans l’industrie textile, pour lier les sauces en alimentation, pour fabriquer la pâte dentifrice ou différents gels.
La flottille de pêche compte une quinzaine de bateaux, dont huit pratiquent une pêche côtière (principalement le bar, le lieu, le homard, l’araignée…) et les autres, au large, la pêche à la lotte, au tourteau, à l'araignée, à la raie…
Enfin le tourisme permet de compléter l’économie de l’île.

À visiter :

Le phare - Cliquez pour agrandir...

La chapelle Sainte-Anne - Cliquez pour agrandir...

Histoire :

525 après Jésus Christ : arrivée de Paul Aurélien (moine évangélisateur)
878 : les vikings ravagent l’île. Hasting débarque avec de nombreux drakkars et s’installe jusqu’en 882.
1388-1539-1597 : les Anglais ravagent l’île
1861 : construction du premier sémaphore
1873 : construction de l’école publique des filles
1912 : ouverture de la nouvelle école publique de garçons. C’est notre école actuelle.
1938 : arrivée de l’électricité
1970 : arrivée de l’eau courante
1982

:

ouverture du collège du Ponant

Population :
594 habitants (recensement de 2005) dont 40 élèves scolarisés à l’école primaire et 8 au collège des îles du Ponant.

Source : brochures du Syndicat d’Initiatives de l’Île de Batz (Tél. : 02 98 61 75 70 – Fax : 02 98 61 75 85)

Page précédente Retour en page d'accueil

Liens en bleu : je n'ai pas encore cliqué dessus. Liens en vert : j'ai déjà cliqué dessus.